PROMOUVOIR LES AUGUSTINS EN AFRIQUE
UAFA MEETING - KINSHASA 2019
UAFA MEETING - KINSHASA 2019

press to zoom
Kinshasa2_edited
Kinshasa2_edited

press to zoom

press to zoom
UAFA MEETING - KINSHASA 2019
UAFA MEETING - KINSHASA 2019

press to zoom
1/18

Un seul esprit et un seul cœur tendus vers Dieu.

DEVISE DE L'UAFA : "Un seul esprit et un seul cœur tendus vers Dieu."

 

VISION DE L'UAFA : "Evangéliser les gens en Afrique et ailleurs par les valeurs évangéliques, les enseignements de saint Augustin et sa spiritualité."

 

MISSION DE L'UAFA : "Contribuer à une transformation positive de la vie par la prédication de l'Evangile, en faisant connaître saint Augustin et sa spiritualité en Afrique et ailleurs".

 

VALEURS FONDAMENTALES DE L'UAFA : "Valeurs évangéliques, spiritualité augustinienne d'unité dans la diversité, dignité humaine, responsabilité, justice et équité, option pour les pauvres, etc.

BRÈVE HISTORIQUE DE L'UAFA

UAFA signifie "Union des Frères Augustins d'Afrique". L'idée de former une union pour les circonscriptions augustiniennes africaines est née lors d'une session de groupe dans le cadre du chapitre général intermédiaire qui a eu lieu aux Philippines en 2010. Les frères des différentes régions du monde de l'Ordre ont été invités à se rencontrer et à proposer des moyens par lesquels les Augustins de certaines régions pourraient mieux collaborer entre eux comme une seule famille augustinienne et non comme des unités isolées.

Parmi les régions qui ont participé à la rencontre figurait la région africaine. Et le groupe qui représentait l'Afrique était composé de : P. Hyacinth Kangyep (Prieur Provincial du Nigeria), P. Martin Banga (Vicaire de la République démocratique du Congo), P. Cosmas (Supérieur délégué de la Tanzanie) et P. Robert Karanja (Représentant du Supérieur délégué du Kenya). Ce groupe de quatre représentants de la région africaine a convenu qu'il était nécessaire d'avoir une union semblable à d'autres régions de l'Ordre où les circonscriptions des Augustins d'Afrique pourraient collaborer plus efficacement. Cette proposition a été faite lors de la plénière du chapitre et les pères de chapitre l'ont soutenue. Il a été laissé aux différentes circonscriptions africaines le soin de consulter les circonscriptions maternelles et de faire la demande formelle à Rome pour l'établissement d'une nouvelle union.

A l'issue de l'ensemble du processus de candidature, le Prieur général, avec l'approbation du Conseil général, a créé, par lettre du 22 septembre 2011, " l'UNION DES  AUGUSTINS D'AFRIQUE ". Dans son décret, le Prieur Général mentionne que l'Union comprend : Province du Nigeria, Vicariat du Congo, Délégations de Tanzanie et du Kenya et les maisons de Durban en Afrique du Sud et d'Annaba en Algérie. Le but de cette nouvelle union était de renforcer le lien de fraternité entre les Augustins d'Afrique et d'être un instrument efficace de croissance et de développement de l'Ordre, au service du Royaume de Dieu.
Ce but devait être atteint à travers : des programmes communs de formation, l'échange de personnel, la réalisation de missions et de projets communs, la collaboration avec la Fédération Augustinienne d'Afrique qui rassemble des Augustins, et les congrégations féminines qui vivent la règle et la spiritualité de Saint Augustin parmi tant de possibilités pour réunir les Augustiniens comme famille en Afrique et dans le monde entier.


La première rencontre de l'UAFA a eu lieu à Nairobi au Kenya du 1er au 2 février 2012. Depuis lors, il ne s'est pas passé grand-chose jusqu'à la dernière réunion de l'UAFA à Nairobi au Kenya du 2 au 6 juillet 2018 où un secrétariat a été formé pour relancer les activités de l'UAFA dans le but original à atteindre.

Préparé par : P. Robert Karanja Ireri O.S.A., Supérieur de la Délégation du Kenya et membre du comité exécutif de l'U.A.F.A.

Rencontre de l'UAFA à Nairobi du 2 au 6 juin 2018

Le discours de l'Assistant général adjoint pour l'Afrique

 

Chers frères,

 

Je tiens à remercier le Président de l'Union des Frères Augustins d'Afrique (UAFA), le Très Révérend Père John Abubakar pour ses aimables paroles de bienvenue, la Maison Internationale pour nous avoir accueillis ici à Nairobi. Permettez-moi, en même temps, de vous transmettre les salutations chaleureuses du Prieur général et des membres du Conseil général qui sont unis à nous dans la prière pour le succès de cet événement.
C'est l'un des rares moments où nous, frères augustins des circonscriptions d'Afrique, nous rencontrons. Depuis la création de ce corps régional, les frères se sont rencontrés à plusieurs reprises en différents endroits, mais ces dernières années, pour certaines raisons, nous n'avons pas pu nous réunir. Notre nombre ici peut sembler insignifiant. Néanmoins, c'est appréciable et votre enthousiasme est encourageant. Nous espérons qu'il y aura un suivi avec des réunions périodiques, si les ressources et le temps le permettent, afin que nous puissions travailler ensemble dans l'unité d'esprit et de cœur pour rendre cet organe plus fort par notre engagement envers l'Ordre.

 

La plupart d'entre nous se demanderont pourquoi l'UAFA est là alors que nous avons déjà l'AFA. Quel est le but réel de cette réunion de l'UAFA ? Quels sont nos objectifs ?
Le but principal de cette rencontre est de fraterniser : nous connaître nous-mêmes, nos circonscriptions, partager nos expériences de vie ensemble, explorer des domaines de collaboration comme Augustins et renforcer le lien d'unité fraternelle comme moyen de renouvellement pour un meilleur témoignage dans l'Église et dans le monde. Notre continent est richement doté de ressources humaines et naturelles surabondantes pour le bien-être de l'humanité et la gloire de Dieu. La variété de nos cultures exprime la beauté de la splendeur divine en Afrique. Cependant, les situations dans lesquelles nous vivons sont les suivantes
plein de contraires et de défis dont nous ne pouvons feindre l'ignorance. C'est dans ce contexte que nous, Augustins, sommes appelés à évangéliser, comme certains de nos frères le souligneront dans leur présentation. "Si nous, Augustins, voulons continuer notre mission de serviteurs de l'humanité, nous devons être capables d'être en contact avec la réalité pour écouter attentivement la voix d'un monde qui change. 

 

Au Chapitre général ordinaire de 2001, l'Ordre a décidé d'accorder une attention particulière au renforcement de la présence et de l'engagement augustinien pour l'annonce de l'Evangile en Afrique. C'est ce qu'il affirme : "Il est de la responsabilité de la communauté, de la communauté chrétienne en tant que position prophétique, de proclamer aujourd'hui la Bonne Nouvelle en Afrique, un continent proche de nous parce que là Augustin a fondé ses premières communautés religieuses. En réponse aux signes des temps et en tant qu'héritiers fidèles de saint Augustin, nous choisissons d'orienter nos cœurs et nos énergies vers l'Afrique, en contribuant par nos traditions spirituelles à l'évangélisation d'un continent qui a tant besoin de la Bonne Nouvelle." Ces paroles soulignent la conscience de l'affinité de l'Ordre pour l'Afrique à cause de la racine de son Père spirituel, Augustin, et de son début de ce qui s'est ensuite répandu en Europe suite à l'invasion de l'Afrique du Nord par les vandales. L'Ordre garde la foi en sa parole qui s'est traduite par des actions concrètes au fil des ans. Le nombre d'Augustins en Afrique a augmenté notamment par la promotion et l'accompagnement des vocations, l'établissement d'un plus grand nombre de maisons de formation et la promotion de la formation permanente. L'Ordre a maintenant un impact considérable dans le domaine du développement humain et social grâce à l'ouverture de certaines écoles, en particulier des écoles secondaires. Tout ce que les Augustins ont dans toutes les circonscriptions d'Afrique est le fruit de l'effort collectif de l'Ordre tout entier. Nous remercions l'Ordre en particulier les circonscriptions et les Augustins africains qui travaillent sans relâche pour faire prospérer l'Ordre dans cette partie du monde. C'est un grand héritage que nous avons reçu. Qu'en faisons-nous ou pouvons-nous en faire ? Nous pouvons faire beaucoup plus, même si nous avons beaucoup de défis à relever.
 

Il y a un changement qui se produit en nous et autour de nous et qui appelle à la réflexion. Que pouvons-nous faire pour nous renouveler en tant que frères et communautés pour renforcer notre engagement, pour nous permettre de donner le meilleur de nous-mêmes afin de consolider et de rendre significatif le projet missionnaire de l'Ordre en Afrique et dans le monde ? Quelle est notre vision de l'avenir ? Ou quel genre d'avenir envisageons-nous pour nous-mêmes et pour l'Église ? Saint Augustin parle du temps comme la mesure dans laquelle nous nous révélons et nous définissons par nos actions dans la vie. "Et vous dites tous : Les temps sont troublés, les temps sont durs, les temps sont misérables. Vivez de bonnes vies, et vous allez
changez les temps en menant une bonne vie ; vous changerez les temps, et alors vous n'aurez plus à vous plaindre." Comment vivons-nous en tant qu'Augustins dans nos communautés et circonscriptions aujourd'hui ? La qualité de notre vie personnelle et communautaire d'aujourd'hui a un effet sur notre mission et se taille une niche qui sera évaluée en temps voulu par les générations successives. Si nous sommes bons et que nos actions sont conformes à la bonté, nous devenons des levures qui fermentent et brillent ; si nous travaillons pour la croissance et la diffusion de nos circonscriptions, nous le faisons également pour l'Ordre et pour le bien commun. Tout ce que nous avons, ce sont des moyens ou des instruments pour nous aider au service de l'Ordre et de l'Église.

 

Les documents que certains frères nous présenteront nous enrichiront et nous amèneront à comprendre certaines des réalités et des apostolats réalisés dans les différentes circonscriptions comme réponse de l'Ordre au service de l'Église et du peuple. Notre gratitude va aux Supérieurs des circonscriptions africaines pour avoir rendu possible cet événement et aux frères encouragés à participer et à partager leurs expériences de vie. Que Marie, notre Mère du Bon Conseil, nous supplie devant son Fils, et que l'Esprit Saint illumine nos cœurs pour que nous écoutions le dialogue.

 

Révérend Père Edward Daleng, OSA