LA SPIRITUALITE AUGUSTINIENNE

static1.squarespace.com.jpeg

La spiritualité de l'Ordre, dont les principales caractéristiques sont présentées ici, procède de la suite du Christ selon les enseignements de l'Évangile et l'action de l'Esprit Saint. Son principal point de référence est l'enseignement et l'exemple de saint Augustin, complété par la tradition de l'Ordre. Le principal document de notre spiritualité est la Règle, qui doit guider notre vie et notre action. La spiritualité augustinienne, développée au fil du temps et enrichie par l'exemple et les enseignements de nos aïeux, doit être vécue selon les circonstances du temps, du lieu, de la culture et en harmonie avec notre charisme.


Aspects évangéliques et ecclésiaux


La norme fondamentale de la vie religieuse est la suite du Christ, énoncée dans l'Évangile, qui nous pousse à vivre dans l'amour selon notre consécration particulière. Nous devons donc avant tout avoir l'amour pour Dieu et pour notre prochain (Mt 22,40), comme norme suprême de l'Évangile et comme mandat de Jésus à ses disciples, selon le modèle de la première communauté de l'Église de Jérusalem, établie sous les saints apôtres (voir Ac 2, 42-47). Aimer le Christ signifie aimer l'Église qui est son Corps, mère des chrétiens et dépositaire de la vérité révélée. Dans l'Église, "nous sommes devenus Christ. S'il est la Tête, nous sommes ses membres", car "le Christ tout entier est la Tête et le Corps". Soyons donc témoins d'une union intime avec Dieu et levain d'unité pour tout le genre humain. La vie chrétienne se renouvellera chaque jour en nous et s'épanouira dans l'Ordre si chacun de nous "lit assidûment, écoute pieusement et apprend sérieusement" les Saintes Écritures, en particulier le Nouveau Testament, car "presque chaque page ne résonne que du Christ et de l'Église". De plus, les frères doivent se rappeler que la prière doit accompagner la lecture de l'Écriture pour qu'il y ait un dialogue entre Dieu et l'homme.
L'Eucharistie est le sacrifice quotidien de l'Église, le Corps du Christ, qui s'offre à Dieu en lui. C'est pourquoi, nous tous qui nous sommes consacrés au Christ, qui sommes aimés par-dessus tout, nous devons vivre le même amour pour ce grand mystère qui a mis le feu au cœur de saint Augustin. Car l'Eucharistie est le signe et la cause de l'unité de l'Église dans le lien de l'amour et inspire l'activité apostolique et l'engagement dans le monde et dans l'histoire. Nous sommes tous membres du Christ tout entier avec Marie, la mère de Jésus. Marie est le signe de l'Église : "elle a donné naissance à la tête de ce corps. Par sa foi authentique, l'espérance ferme et l'amour sincère que Marie nous accompagne dans notre cheminement dans cette vie et soutient notre activité apostolique.


La recherche de Dieu et de l'intériorité
 

Nous tendons vers Dieu continuellement et insatiablement, consciemment et inconsciemment, pour jouir du bien infini qui comble notre désir de bonheur, parce que Dieu nous a faits pour lui-même et nos cœurs sont agités jusqu'à ce qu'ils reposent en lui." Pour cette raison, notre dévouement commun est de chercher sans limites Celui qui doit être aimé sans limites. Mais nous ne pouvons chercher Dieu ensemble que dans le Christ Jésus, le Verbe fait chair pour nous. Il est pour nous le chemin, la vérité et la vie, de sorte qu'à partir de la chair visible nous arrivons au Dieu invisible. C'est pourquoi la prière personnelle et communautaire, l'étude et la culture de la connaissance, la réflexion sur les réalités de notre temps et l'activité apostolique, sont des facteurs indispensables dans notre recherche, qui nous conduisent aux choses qui sont les préoccupations de la société. Car rien d'humain ne nous est étranger, mais il nous implique davantage dans le monde, dans l'étendue de l'amour de Dieu (cf. Jn 3, 16) et de la rencontre avec lui.


Communion de vie
 

L'amour vient de Dieu et nous unit à Dieu, et par ce processus unificateur il nous transforme, de sorte que, dépassant toutes les divisions, nous ne faisons qu'un, jusqu'à ce que finalement Dieu soit tout en tous (voir 1Cor. 15,28). Cette communion de vie que nous propose Augustin à l'imitation de la communauté apostolique primitive (cf. Ac 2, 42-47), est une anticipation de l'union complète et définitive en Dieu et de la manière de la réaliser. S'il est vrai que ce "saint partage de la vie" entre les frères est un don de Dieu, il n'en reste pas moins que chacun d'entre nous doit faire un effort intense pour le perfectionner jusqu'à ce que l'unité dans l'amour soit réalisée. Cette unité dans l'amour, composée de beaucoup d'âmes, continuera d'exister dans la cité céleste, qui "sera la perfection de notre unité après le pèlerinage de la vie". Nos communautés doivent s'efforcer sur terre d'être des signes de cette unité, en gardant l'exemple de la communauté parfaite de la Trinité indivise sous nos yeux.
 

Service à l'Église et évangélisation
 

A l'exemple de saint Augustin, l'amour pour l'Eglise nous conduit à une disponibilité totale pour ses besoins, en acceptant les tâches que l'Eglise nous demande, selon le charisme de l'Ordre. Les frères doivent se rappeler que cette disponibilité au service de l'Église constitue une des caractéristiques essentielles de la spiritualité augustinienne. De plus, quand nous sommes ouverts au monde, nous nous sentons solidaires de la famille humaine et impliqués dans ses préoccupations, notamment par une ouverture aux besoins des pauvres et des souffrants, dans la conscience que plus nous sommes unis au Christ, plus notre apostolat sera fécond.


Enfin, pour que notre Ordre puisse toujours aller de l'avant dans le respect de sa vraie spiritualité, les frères doivent s'efforcer d'offrir "un service gratuit à Dieu", non pas forcé par nécessité, mais poussé par l'amour. Sans chercher leur propre justice (voir Rom 3, 10-20 ; Gal 2, 16), qu'ils fassent tout pour la gloire de Dieu, qui opère tout en tout (voir 1 Cor 12, 6). Qu'ils vivent dans l'assurance que : "C'est une grâce de Dieu que les frères vivent en communauté ; ce n'est pas le résultat de leur propre action ou de leurs propres mérites ; c'est plutôt son don. C'est pour accomplir la parole de la Règle que nous devons observer toutes nos obligations dans un esprit de charité "en tant qu'amoureux de la beauté spirituelle... non pas comme esclaves vivant sous la loi mais comme hommes vivant en liberté sous la grâce". Nous qui avons été créés et rachetés librement, appelés et justifiés librement, nous devons rendre grâce à Dieu et accomplir notre mission dans la paix et l'humilité, nous réjouissant dans l'espérance et dans l'attente de la couronne de vie (Ap. 2, 10), par laquelle Dieu, en récompensant nos bonnes actions, ne fera en fait que couronner ses propres dons.